Agence interim

L'organisation d'une agence de travail temporaire

L’agence de travail temporaire est au centre d’une relation tripartite entre un employeur ayant besoin de recruter, l’agence et un candidat à l’embauche. Le contrat de mise à disposition est le contrat entre l’employeur et l’agence, et le contrat de mission est celui conclu entre l’agence et le candidat intérimaire. Ce dernier est salarié de l’agence d’emploi, et non de l’entreprise dans laquelle il est mis en prestation.

L’agence de travail temporaire effectue le sourcing des candidats, l’entretien de recrutement, rédige la synthèse de l’entretien et propose les candidats à son client. Elle prend également en charge l’élaboration des contrats, des certificats de travail et des fiches de paie, ce qui permet à l’entreprise cliente de réduire les formalités administratives liées à l’embauche. Elle gère aussi la planification des visites médicales du travail.

Ces services et les heures effectuées par le salarié employé sont facturés, avec l’application d’un coefficient de majoration, à l’entreprise cliente.

Le plus pour l’entreprise : le coût des prestations d’une agence d’intérim sont plus avantageux que la totalité des dépenses afférentes à la gestion administrative des processus internes de recrutement d’un CDD. En outre, les factures sont payables tous les trimestres et permettent un apport de trésorerie, et les taxes sont réduites du fait de l’externalité du salarié.

Les compétences d'une agence de travail temporaire

L’agence de travail temporaire est au centre d’une relation tripartite entre un employeur ayant besoin de recruter, l’agence et un candidat à l’embauche. Le contrat de mise à disposition est le contrat entre l’employeur et l’agence, et le contrat de mission est celui conclu entre l’agence et le candidat intérimaire. Ce dernier est salarié de l’agence d’emploi, et non de l’entreprise dans laquelle il est mis en prestation.

L’agence de travail temporaire effectue le sourcing des candidats, l’entretien de recrutement, rédige la synthèse de l’entretien et propose les candidats à son client. Elle prend également en charge l’élaboration des contrats, des certificats de travail et des fiches de paie, ce qui permet à l’entreprise cliente de réduire les formalités administratives liées à l’embauche. Elle gère aussi la planification des visites médicales du travail.

Ces services et les heures effectuées par le salarié employé sont facturés, avec l’application d’un coefficient de majoration, à l’entreprise cliente.

Le plus pour l’entreprise : le coût des prestations d’une agence d’intérim sont plus avantageux que la totalité des dépenses afférentes à la gestion administrative des processus internes de recrutement d’un CDD. En outre, les factures sont payables tous les trimestres et permettent un apport de trésorerie, et les taxes sont réduites du fait de l’externalité du salarié.

Traitement des annonces

Les entreprises clients informent l’agence d’intérim de leurs besoins en personnel, généralement soit saisonnier, soit en remplacement ou pour surcroît d’activité. L’agence va utiliser ses outils de
communication pour assurer la bonne diffusion de l’annonce : Jobboards, Pôle emploi,
l’Apec, les petites annonces sur internet, dans la presse locale et nationale ou via leur propre
CVthèque.

Recrutement

Pour les entreprises dont le service des ressources humaines n’est peu ou pas présent, le
recrutement peut s’avérer fastidieux et incertain. Les recruteurs des agences d’intérim prennent en charge la totalité du processus de recrutement.

  • Organisation du recrutement : rédaction de l’offre d’emploi et sa diffusion
  • Sélection : étude des CV et entretiens avec les candidats sélectionnés
  • Embauche : élaboration de la fiche candidat et rédaction du contrat de travail temporaire

Le plus pour l’entreprise : les contrats signés par l’intermédiaire des agences de recrutement
permettent plus de souplesse pour l’employeur dans les cas de report de mission et de rupture de contrat. En outre, si le candidat ne convient pas sur le poste ou est absent, l’entreprise peut exiger un remplacement immédiat.

QU’EST-CE QU’UNE AGENCE DE TRAVAIL TEMPORAIRE ?

Une agence de travail temporaire est un intermédiaire et une société de service entre les entreprises désireuses de recruter des collaborateurs et les personnes en recherche d’emploi. Son rôle est de répondre aux besoins des entreprises en matière de personnel intérimaire en proposant les candidats possédant les compétences requises pour ces missions. Appelée aussi agence d’emploi, elle peut proposer des candidats en CDD et CDI Selon les enseignes, les agences sont généralistes ou spécialisées dans un secteur d’activité. Les premières agences sont apparues en Angleterre en 1905, et il a fallu attendre les années 50 pour les voir arriver en France.

COMMENT FONCTIONNE UNE AGENCE DE TRAVAIL TEMPORAIRE ?

L’agence de travail temporaire propose une prestation de service et présente un avantage certain pour les entreprises en prenant en charge les formalités administratives des employeurs et la gestion du recrutement. Les intérimaires n’ont pas de frais d’inscription à payer, l’agence d’intérim facture ses services aux entreprises clientes.

LES CHIFFRES-CLÉS DES AGENCES D’INTÉRIM EN FRANCE

Si, en 1956, seulement 7 agences de travail temporaire étaient présentes sur le territoire français, en 2019, Prism’emploi (Syndicat professionnel des Professionnels du recrutement et de l’intérim) recense aujourd’hui 11 853 agences.

Nombre de contrats

Selon les statistiques de la DSN (Déclaration sociale nominative), le nombre d’intérimaires en France
connaît une légère baisse qui touche tous les secteurs :

  • 2 ème trimestre 2019 : 793 979 contre 819 900 fin juillet 2019
  • 2 ème trimestre 2018 : 799 487
  • 2 ème trimestre 2017 : 751 922

Les régions qui progressent

En 2018, ce nombre était en hausse dans certaines régions. La Guyane a connu une recrudescence d’embauche de plus de 6 %, tandis que la Martinique et les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bretagne et Normandie ont bénéficié d’une hausse de 3 à 6 %.
Par contre, le nombre de contrats était en forte baisse de l’ordre de -3 à plus de — 6 %, dans les régions Nouvelle-Aquitaine, Centre-Val de Loire, Grand-Est, la Corse et l’île de la Réunion.
Les autres régions ont connu, elles aussi une baisse entre 0 et — 3 %. L’industrie était le secteur le plus touché.
Si, fin 2018, le nombre de salariés en missions d’intérim a baissé (- 1,5 %), celui des intérimaires passés sous contrat à durée indéterminée a augmenté (+ 8,4 %).

 

Les débouchés sur un CDI

Contrairement aux idées reçues, l’intérim peut être un tremplin pour décrocher un CDI. La souplesse des contrats des agences de travail temporaire permet aux jeunes travailleurs d’enchaîner les missions dans le même secteur, voire la même entreprise, et prouver ainsi leur motivation. Ces expériences leur permettent aussi de renforcer leur crédibilité quant à leur savoir-faire et peuvent leur permettre de revendiquer leur motivation d’afficher un profil de spécialiste.

Loin de ne s’adresser qu’aux manutentionnaires, l’intérim a considérablement élargi son offre, et aujourd’hui, presque un quart du nombre d’intérimaires en France possède un bac + 5. Être un ancien intérimaire n’est absolument pas rédhibitoire pour un employeur, puisque cela lui permet de juger de la qualité et du professionnalisme du salarié, et de pouvoir, si la situation économique de l’entreprise le permet, l’embaucher en CDI. En effet, l’intérim est désormais une passerelle vers l’emploi, puisqu’en 2018, sur 91 % des intérimaires de moins de 25 ans, plus de la moitié ont un emploi un an plus tard.
En 2019, le CDI intérimaire est proposé de plus en plus systématiquement.

LES AVANTAGES DE L’INTÉRIM POUR LES SALARIÉS

Le travail en intérim présente plusieurs avantages, notamment en début de carrière. Le jeune actif débutant dans sa vie professionnelle peut, le temps de son contrat à durée déterminée (CDD), étudier le fonctionnement de l’entreprise et identifier les possibilités d’évolutions de carrière qu’elle offre. Si cela ne lui convient pas, il a toute latitude, à la fin de son contrat, de se diriger vers une autre entreprise, alors qu’un contrat à durée indéterminée (CDI), l’obligerait soit à rester en poste, soit à démissionner. L’autre avantage se porte sur l’aspect financier :

  • Dès la première heure, a la fin de son CTT , l’intérimaire perçoit une prime de précarité, d’un montant équivalent à 10 % du salaire perçu, et des congés payés sont versés en numéraire. D’autre primes peuvent venir s’ajouter, telles les aides à la mobilité et au logement (aide Mobili pass et Loca pass). Il est affilié au régime de la Sécurité sociale à partir de 60 heures de travail effectuées, et peut bénéficier d’une indemnisation complémentaire en cas d’accident du travail, de maladie ou lors de congés maternité, et bénéficie des droits collectifs.
  • À partir de la 150 ème heure, le travailleur intérimaire bénéficie des avantages du comité d’entreprise de la société dans laquelle il évolue.
  • À partir de la 600 ème heure, il bénéficie d’un régime de prévoyance complémentaire et d’une réduction sur la mutuelle santé. Il devient aussi éligible auprès des banques à la souscription d’un prêt immobilier.
  • À partir de 1600 heures, l’intérimaire peut mobiliser son CPF (Compte personnel de formation) dans le cadre du PTP (Projet de transition professionnelle, ex-CIF, Congé individuel de formation), et bénéficie du droit individuel à la formation à partir de 2700 heures de travail effectuées.
  • Travailler plus de 3 200 heures en intérim donne droit à un entretien professionnel et à un congé bilan de compétences, et plus de 4 500 heures effectuées sur 36 mois ouvre les droits à la prise en charge, pendant 1 an d’une formation individuelle.